Avec vous au-delà du prix

Utilisez-vous un guide chirurgical ? Un Cone Beam ?

Implantologie

Vos patients ont lu et vous interrogent : Utilisez-vous un guide chirurgical ? Un Cone Beam ?

Les progrès technologiques permettent aux dentistes de trouver le positionnement idéal de leurs implants en utilisant un guide chirugical.

«Lors de la pose d'implants, la navigation chirurgicale permet au praticien de suivre en direct sur un écran d'ordinateur la position exacte de ses outils dans la mâchoire du patient», indique le Dr Philippe Khayat. Cette technologie, vient s'ajouter aux guides chirurgicaux développés pour tous les grands systèmes implantaires et qui permettent de préparer la pose et réduisent les suites chirurgicales.

Ces technologies néanmoins coûteuses sont maintenant connues de nos patients qui sont de plus en plus informés par les médias.
«La pose d'implants dentaires se banalise, notamment lorsque les dents qui les entourent sont saines et qu'on veut éviter de les tailler pour poser un bridge», souligne le Dr Daniel Étienne, du service odontologie parodontologie de l'Hôtel-Dieu, à Paris. Les implants, le plus souvent en titane ont donc notablement transformé nos pratiques.

«La découverte de l'ostéointégration a été une véritable révolution : on peut remplacer complètement une dent ou toute une dentition et rendre aux patients la capacité de mastiquer, sourire, parler normalement», rappelle le Dr Hadi Antoun, praticien à Paris. La difficulté principale est de trouver le positionnement idéal de nos implants, pour faciliter la réalisation de la prothèse, en harmonie avec le reste de la dentition.

L'expérience a permis durant les premiers temps  aux chirurgiens pratiquant fréquemment ces interventions de bien placer l'implant à main levée. Mais l’apport des techniques associant l’imagerie 3D aux gouttières de positionnement utilisant  des marqueurs de concevoir après numérisation un guide chirurgical pour orienter le forage.
 

Moins d'attente 

Beaucoup de cabinets sont maintenant équipés de Cone Beams qui irradient moins que les scanners. «De nombreux chirurgiens restent cependant réservés sur ces approches, car les images peuvent manquer de précision, notamment lorsque la bouche contient déjà du métal, ce qui est assez fréquent. Avec une image même légèrement imprécise, le guide chirurgical n'est pas parfait et la position de l'implant n'est pas toujours satisfaisante», regrette le Dr Philippe Khayat. «C'est l'expérience du chirurgien qui permet alors de corriger d'éventuels décalages.»
 
De nouveaux implants et l’évolution des pratiques induisent la réduction du délai entre la pose et la mise en charge qui est passée de 4 à 6 mois à 6 à 12 semaines. «L'arrivée des implants et les progrès réalisés sur leur pose remettent totalement en question le principe selon lequel les nouvelles dents doivent être portées par des éléments voisins et notamment par des dents qu'on mutile dans ce but», souligne le Pr Paul Mariani, de la faculté d'odontologie de Marseille. Une révolution que l'Assurance-maladie n'a pas encore prise en compte puisqu'elle rembourse partiellement les bridges mais pas du tout les implants.
 
Retrouvez le contenu original de cet article en suivant le lien ci-dessous : 
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2010/12/30/10633-pose-dimplants-dentaires-se-banalise

Source : Le Figaro, décembre 2010

Besoin d'aide ?

Nos conseillers sont à votre écoute du lundi au vendredi de 9h à 18h

Chat en ligne

Me faire rappeler