Avec vous au-delà du prix

La péri-implantite, une maladie multifactorielle

Omnipratique

La péri-implantite, une maladie multifactorielle

Les bactéries y jouent un rôle décisif. Le niveau de l’hygiène orale a un impact sur le succès à long terme de la thérapeutique implantaire. Selon Renvert et al. (2007), la plupart des complications biologiques qui apparaissent autour des implants ostéointégrés sont associées à une colonisation bactérienne chez un sujet à risque.

Les facteurs de risque les plus importants :

Hygiène bucco-dentaire insuffisante Mauvaise élimination du biofilm auquel les bactéries adhèrent en quelques heures, émanation de larges agrégats.

Tabagisme De nombreuses études concluent à plus de saignement au sondage, de perte d’attache, d’inflammation des tissus péri-implantaires et de perte osseuse à la radiographie, donc un risque significativement plus élevé de développer une péri-implantite chez le patient tabagique

Parodontite Traiter et stabiliser les parodontites avant la pose d’implants est essentiel. Un parodontal inadéquat pourrait en compromettre le succès. L’incidence de la péri-implantite augmente significativement chez des patients avec une parodontite préexistante.

Facteurs génétiques Pas de consensus sur ce sujet : les résultats des études sont contradictoires (Heitz-Mayfield 2008)

Diabète de type 2 non stabilisé La parodontite et le diabète sont associés à un risque augmenté de péri-implantite, en particulier chez les sujets avec un mauvais contrôle de leur diabète (Ferreira et al. 2006).(2)

Sondage parodontal post-opératoire péri-implantaire.

L’évaluation du contrôle de plaque et le renforcement des techniques bucco-dentaires font partie des étapes d’une séance de maintenance implantaire.

Les indices de plaque et la santé des tissus péri-implantaires (inflammation, exsudat, saignement) permettent d’évaluer avec précision la qualité de l’hygiène bucco-dentaire du patient.

Le sondage autour des implants se fait avec une sonde parodontale rigide en plastique car les sondes métalliques sont susceptibles d’endommager la surface implantaire.

L’adjonction d’un bain de bouche à la chlorexydine à 0.20 durant de courtes périodes peut être préconisée au niveau des zones difficiles d’accès et/ou en présence de signes d’inflammation.

Peri-implantite

Traitement de la mucosite péri-implantaire

La meilleure prévention et le premier traitement de la mucosite péri-implantaire est la mise en place d’une bonne technique d’hygiène orale avec un bon matériel.

Un débridement de la plaque dentaire au niveau de l’implant est nécessaire. 

Le traitement non chirurgical des péri-implantites constitue la base de traitement de toutes les péri-implantites, quelle que soit leur sévérité. Il est constitué de plusieurs thérapeutiques que l’on peut combiner selon la nécessité :

Traitement mucosite peri-implantaire

Gestion des facteurs de risque, et notamment mise en place d’une hygiène orale impeccable, associant au brossage l’utilisation de fil dentaire et surtout de brossettes interdentaires

risques

Débridement de la lésion péri-implantaire. Il s’agit de nettoyer entre l’implant et la gencive à l’aide d’une instrumentation ultrasonique dédiée, de curettes, d’un laser ou encore d’un aéropolisseur. Tous ces moyens donnent pratiquement les mêmes taux de réussite.

Adjonction d’antiseptique par irrigation  entre la gencive et l’implant.

Adjonction d’antibiotique par voie locale ou par voie générale.

adjonction

Fréquence des rendez-vous de maintenance.

L’intervalle le mieux adapté pour les rendez-vous d’entretien implantaire est généralement compris entre 3 et 4 mois (American Academy of Periodontology 2003). Des protocoles de soins à domicile doivent être personnalisés. Specialys propose un concept complet adapté au suivi post implantaire.

Besoin d'aide ?

Nos conseillers sont à votre écoute du lundi au vendredi de 9h à 18h

Chat en ligne

Me faire rappeler